Le compte-rendu de la conférence de presse du 29 octobre concernant “l’affaire Propulsion”

Le ton, grave et sobre, est donné dès la première prise de parole lors de cette conférence de presse concernant “l’affaire Propulsion”, qui est qualifiée comme l’un des dossiers les plus sérieux que le trot suédois ait connu ces dernières années.

Les intervenants, Maria Croon, directrice de Svensk Travsport, Pehr Jern, consultant externe, responsable de l’enquête concernant de la gestion de l’import du cheval de la société de courses en Suède, Ulf Hörnberg, représentant de la commission d’approbation des étalons, Marjaana Alaviuhkola, présidente du conseil du Trot Suédois, et Göran Wahlman, juriste à Svensk Travsport : c’est bien le sommet de la pyramide du trot qui présente ce jeudi matin les résultats de l’enquête concernant Propulsion.

« L’une des affaires les plus sérieuse que le trot suédois ait connu »

Deux enquêtes, réalisées par des parties indépendantes et extérieures, ont dirigé leurs investigations d’une part en externe, à savoir ce qu’il s’est passé avec Propulsion, déterminer quelles informations étaient disponibles quand, d’autre part, en interne, l’examen de la responsabilité du trot suédois, notamment lors de l’importation du cheval.

« Même si je ne suis là que depuis un an, commence Maria Croon, j’ai commencé en septembre 2019,  j’ose dire que cette affaire est l’une des plus sérieuses que le trot suédois a connu. La situation que nous avons à gérer est extrêmement ennuyante pour toutes les parties et pour le trot en général ».

« Aujourd’hui nous présentons ce que nous savons à l’heure actuelle et ce qu’il devrait se passer par la suite. Nous ne rentrerons pas dans le détail de l’enquête externe qui sera présentée aux autorités compétentes de Svensk Travsport”.

« Le trot suédois aurait dû remarquer les informations concernant la névrectomie de Propulsion plus tôt »

Maria Croon confie que le Trot Suédois a travaillé sur cette affaire avec une grande humilité alliée à une grande détermination : « Le trot suédois traite 12,000 dossiers concernant les imports, exports, changements de propriétaires, et enregistrements de chevaux chaque année. Cette affaire a révélé des failles dans le système, notamment au niveau du règlement, des procédures internes… Nous avons besoin de continuer à professionnaliser et contrôler la qualité de nos procédures. Le trot suédois aurait dû remarquer les informations concernant la névrectomie de Propulsion plus tôt ».

« Nous pouvons maintenant dire avec certitude que Propulsion a subi une névrectomie et quelles seront les conséquences sur sa carrière en piste comme au haras », a conclu Maria Croon avant de donner la parole à Pehr Jern de Combitech, une société de consulting technique, d’enquête et de management. Son profil : un juriste issu de la police suédoise, Europol et le conseil de l’Union Européenne.

Il a rappelé la chronologie des faits : « Le 15 septembre 2015, le certificat d’exportation de Propulsion est arrivé sous format digital à Svensk Travsport. Le 17 septembre, il a été enregistré en tant qu’import permanent.
C’est le 21 septembre que l’original du certificat d’exportation est arrivé en provenance de la USTA. Ce certificat d’exportation et les certificats d’enregistrement montrent l’information que Propulsion a bien subi une névrectomie, des documents scannés existent dans le système du trot suédois depuis septembre 2015 mais n’ont apparemment jamais été consultés.
Et de fait, l’ADN du cheval, ainsi que ses origines, ont été contrôlés avant que l’import ne soit terminé, éléments à partir desquels le trot suédois a réalisé un passeport pour le cheval.

Pehr Jern souligne que depuis 2015 un document précisant la névrectomie de Propulsion existe bel et bien dans le système du Trot suédois depuis 2015 sans que l’information n’ait été remarquée. Il fait remarquer le caractère unique de ce cas. Il n’a pas pu constater d’erreurs formelles de la part d’un ou plusieurs collaborateur au trot suédois : « la base de données a des failles quand il faut traiter ce genre d’informations qu’on peut appeler des informations supplémentaires ».

« L’examen fait sur Propulsion en 2019 était déficient »

En 2019, suite à des rumeurs concernant Propulsion, une enquête a été lancée : « le 22 juin 2019 lors de courses à Rättvik, Daniel Redén a été contacté par l’enquêteur du trot suédois (Steen Morten Johansen, la collaboration avec ce dernier a pris fin au début de l’été) et ils se sont mis d’accord sur le fait d’examiner le cheval. Un vétérinaire de l’écurie ainsi qu’un vétérinaire de la société norvégienne ont été mandatés et le cheval a montré de la sensibilité au niveau des pieds. L’enquêteur a clos l’affaire et il n’y a pas eu d’autres contrôles effectués. Il n’y a pas de précédents pour déterminer la procédure à suivre. L’examen fait sur Propulsion en 2019 était déficient. Aucun contrôle n’a été lancé auprès de l’USTA. Aucun vétérinaire indépendant n’a été appelé ».

Névrectomie confirmée

Maria Croon reprend la parole : “les jours suivant l’Elitloppet 2020, des informations ont été révélées sur le fait que Propulsion ait subi une névrectomie avant son importation en Suède en 2015. L’enquête a été complexe, le matériel documentaire que nous avons désormais en notre possession représente environ 200 pages. Aujourd’hui, nous sommes prêts à livrer les éléments de l’enquête dans leur intégralité à la commission compétente ».


« Malgré le fait que les informations concernant la névrectomie de Propulsion étaient visibles dans les médias et sur le site de l’USTA, il a été important de le vérifier et confirmer ce fait. La névrectomie est une mesure interdite qui va à l’encontre du règlement du trot suédois ainsi que des lois de protection des animaux. Les Etats-Unis ont un règlement différent : ce genre de procédures est autorisé. L’enquête montre avec certitude que Propulsion a bien subi une névrectomie en avril 2015, ceci a été vérifié auprès des vendeurs aux Etats-Unis et de son entraîneur de l’époque (Tony Alagna). Le vétérinaire du trot suédois a contrôlé le cheval début septembre 2020.


Quand il a été tondu, des cicatrices sont apparues. Le vétérinaire qui a effectué l’intervention aux USA confirme que les cicatrices correspondent à l’intervention effectuée en avril 2015. Cela implique que Propulsion a couru 45 fois en conflit avec le règlement du trot suédois et des règlements la protection des animaux. En Suède, Propulsion a gagné 26 millions de couronnes de cette manière ».

L’un des autres points importants de l’enquête visait à déterminer, en plus de savoir quelles informations étaient disponibles concernant Propulsion, de préciser et à quel moment elles avaient été disponibles : « l’enquête montre qu’il y a un certain nombre d’occasions où l’acheteur de Propulsion a eu l’occasion de comprendre et de prendre part du fait que le cheval avait subi une névrectomie avant l’achat, pendant la vente aux enchères où le cheval a été acheté, immédiatement après l’achat et dans les années suivantes. Nous n’entrerons pas dans les détails, des procédures sont toujours en cours concernant cette enquête ».

« Nous devons corriger les résultats des 45 courses auxquelles Propulsion a participé »

Göran Wahlman, juriste à Svensk Travsport a annoncé  les conséquences de cette affaire :  « le cheval a couru 45 fois en Suède alors qu’il n’aurait pas dû être autorisé à courir. Cela implique que nous devons corriger les résultats des courses auxquelles il a participé et récupérer les allocations payées auprès de Stall Zet. Cela implique également que ceux qui ont été battus par Propulsion vont gagner un rang et les 26 millions de couronnes seront départagées entre les propriétaires de ces autres chevaux. Cela sera effectif au mois de décembre. Puisque, selon le règlement, la responsabilité de
l’entraîneur est toujours engagée pour s’assurer de l’autorisation de courir d’un cheval, et que ce cheval n’aurait pas dû avoir le droit de courir, le cas sera présenté aux autorités compétentes. Cependant, nous n’avons trouvé aucune circonstance prouvant que Daniel Redén a intentionnellement transgressé le règlement des courses ».

L’approbation en tant qu’étalon de Propulsion est déclarée invalide

Quant à la partie élevage, c’est Ulf Hörnberg qui représente la commission en l’absence de Håkan Persson : « la décision prise le 25 octobre est la suivante : Propulsion, né en 2011, a été approuvé étalon le 3 novembre 2016 avec 81 points, se basant sur ses performances au plus haut niveau international. Après l’Elitloppet à Solvalla le 31 mai 2020, quand l’information de sa névrectomie est tombée, le trot suédois a lancé une enquête prouvant que le cheval a bien subi cette intervention le 27 avril 2015. Les informations n’étaient pas disponibles pour la commission qui l’a agréé étalon en 2016. Pour cette commission, le règlement anti-dopage du trot suédois fait référence, la commission considère que l’approbation de Propulsion a été faite à l’encontre du règlement anti-dopage du trot suédois. Selon le règlement d’agrégation d’étalon, l’approbation de Propulsion est déclarée invalide. Il reste une possibilité de faire appel de cette décision. Cependant, les produits nés où à naître en 2021 pourront être enregistrés au stud book ».

« Des temps difficiles s’annoncent »

Maria Croon conclut : « je suis consciente que ces événements endommagent la réputation des courses en Suède, je suis convaincue que tous les concernés regrettent la situation actuelle. Les chevaux éveillent les émotions, Propulsion a procuré sa part comme peu de chevaux l’ont fait dans l’histoire des courses suédoises. Des temps difficiles s’annoncent, que ce soit en interne pour répondre aux exigences que tous ceux impliqués dans le trot ont le droit d’attendre de nous, et en externe où nous devons travailler à regagner la confiance de ceux qui doutent. Cette situation va nous permettre de nous améliorer. C’est mon rôle de mener ce travail d’amélioration, ce que je vais faire avec humilité et détermination ».

Ce qu’il faut retenir :

  • Propulsion sera rétrogradé de l’intégralité de ses courses suédoises.
  • Les propriétaires des chevaux battus seront compensés dès le mois de décembre.
  • Propulsion n’est plus approuvé étalon. Cependant, ses produits nés où à naître pourront avoir des papiers et les mêmes droits que les autres poulains suédois.
  • La responsabilité de Daniel Redén est engagée. Cependant, il est noté qu’il n’a pas intentionnellement enfreint les règles du trot suédois.
  • Le Trot Suédois admet de nombreuses failles dans son système et qu’il « aurait dû remarquer les informations concernant la névrectomie de Propulsion plus tôt ».
  • L’affaire est loin d’être terminée. Le comité du trot suédois travaille sur les résultats de l’enquête externe et interne.